Accueil > Évènements > Le C.O.P dans la presse... > Participation du COP au mondial 2018 Cesena Italie

Participation du COP au mondial 2018 Cesena Italie

samedi 10 février 2018, par administrateur

Article du télégramme suite aux médailles de deux adhérents du club

http://www.letelegramme.fr/finistere/plouzane/ornithologie-deux-champions-du-monde-03-02-2018-11838150.php

JPEG - 37.8 ko

C’est en Italie que s’est déroulée la 66e édition du championnat du monde de la confédération ornithologique mondiale. Deux Plouzanéens passionnés, Patrick Loï et Claude Péron, en sont revenus avec un titre mondial. Le championnat du monde, qui est l’événement principal de la Confédération ornithologique mondiale, ferme l’année ornithologique et prépare la nouvelle saison de reproduction. Des milliers d’éleveurs, de culture et de langues diverses se rencontrent à cette occasion. Tout en s’affrontant au travers d’une multitude d’oiseaux exposés, les participants, dont deux Plouzanéens, étaient là pour conquérir le prestigieux et très convoité titre mondial. Cette année, c’est l’Italie, qui avait le privilège d’accueillir et d’organiser la 66e édition, dans la ville de Cesena, du 19 au 21 janvier. Claude Péron et Patrick Loï, du Cercle ornithologique de Plouzané, ont, comme aux championnats de France, à Colmar (Haut-Rhin), en décembre, décroché la médaille d’or, dans leur catégorie respective. Ces compétiteurs de haut vol, qui étaient déjà vice-champions du monde en 2017, collectionnent les titres depuis de nombreuses années. En Italie, Claude Péron a été auréolé, grâce à la présentation d’un stam de perruches moineaux célestes bleues. Quant à Patrick Loï, ce sont ses canaris ivoire rouge intensif, présentés en individuel, qui lui ont permis d’obtenir le titre suprême, ainsi qu’une médaille de bronze.

Vingt-huit pays

« Ces championnats mondiaux réunissent l’élite d’une discipline peu connue, celle des oiseaux d’élevage et de beauté. Le concours se déroule dans une salle faisant quatre à cinq fois la superficie de celle du parc des expositions de Brest. Vingt-huit pays étaient présents et sur les 32.000 volatiles, seulement 5,7 % reçoivent un titre », commente Claude Péron. Près de cent éleveurs français, qui ont tout à leur charge, participaient à ces championnats du monde. Avec une moyenne de six oiseaux par personne, cela représentait un nombre conséquent de volatiles à acheminer. « Le convoyage de deux camions est organisé au niveau national. Pour les finistériens un regroupement se fait à Concarneau, puis les oiseaux partent en direction de Toulouse et l’Italie où ils arrivent deux jours avant le concours », précisent les deux éleveurs.
Critères stricts
La réglementation et les critères sont très stricts pour parvenir à de tels résultats. Le travail auprès des oiseaux est quotidien. « Le suivi généalogique est également très important. La consanguinité à du bon mais pas que. Il faut que la sélection se fasse intelligemment, comme lors de l’achat de reproducteurs », conclut Patrick Loï.
© Le Télégrammehttp://www.letelegramme.fr/finistere/plouzane/ornithologie-deux-champions-du-monde-03-02-2018-11838150.php#8bvCMck668Gm00E2.99